Forum de Fiction de Groupe
Salut à toi, cher visiteur!

Ici, tous nos membres peuvent s'éclater à laisser parler leur imagination dans des discussions délirantes et dans des histoires en groupes plus complexes!

Tu es adeptes des fictions et fanfictions, et tu veux tester les histoires de groupes? Inscris-toi ici, et profites de ton voyage! ♥

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Cerise
Messages : 6
Date d'inscription : 13/03/2017

Écriture Cerise-Titania

le Dim 26 Mar - 15:44
Voici le début d'un récit par Cerise et Titania
Dites nous ce que vous en pensez.
Bonne lecture !

ESPRITS
Chapitre 1 : Nuit
Qui a dit que les esprits étaient transparents ? Que c’était des gens morts ? Et surtout, qui a dit qu’ils n’existaient pas ? Ramassis mensonger ! Je m’y connais, je suis un esprit.
Donc je vais tout vous raconter. Je m’appelle Nuit - ou Nyx -, j’ai 536 années humaines, environ 16 « lunes » d’esprits et j’adore me faufiler dans le monde des mortels. Tous les jours, je transgresse une loi élémentaire, j’ouvre une « fenêtre » dans le monde d’en haut. J’observe la vie des humains. Souvent, je vais dans leurs écoles et je passe à travers les rangées d’écoliers, leurs procurant l’unique sensation d’être glacé « à la fantôme ». Expression qui ne devrait plus être utilisée car nous sommes en guerre contre ces derniers depuis…40 millions d’années. A cause d’un problème, auquel revient la faute d’avoir créé les démons… Ces derniers sont des enfants d’esprits et de fantômes et pour leur mélange, nous les avons rejetés . Résultat, nous avons tous grandi avec nos parents qui nous répétaient que les fantômes étaient des truands. Tous le monde sauf Anubis, mon meilleur ami. Ses parents sont ambassadeurs, ce sont des gens très connus. Moi qui connais sur le bout des ongles les mythologies grecque, romaine, égyptienne et nordique, j’ai éclaté de rire le jour où il m’a dit qu’il était passionné par la vie. Le dieu de la mort qui cherche la vie… Hilarant. Bon il l’a dit devant toute la classe donc je lui ai expliqué pourquoi ses parents lui avaient donné ce prénom, aussitôt il est devenu mon ami et élève. Anubis est le seul à être au courant de mes visites aux humains. Il y a quelques jours, j’ai essayé de traverser une fille par derrière et je me suis cognée ! Elle s’est retournée est je me suis enfuie. Et l’histoire commence là ; c’est le happy-end (le week-end des esprits) et je me rends chez lui.
Je sortis de chez moi et me dirigeai vers la maison d’Anubis. Lorsqu’il m’ouvrit la porte, je vis que quelque chose n’allait pas. Ses cheveux noirs, d’habitude artistiquement gelés, étaient éparpillés sur son front. Malgré son teint pâle, il restait sublime : des yeux vert, une peau d’ordinaire bronzée, (hé oui, nous ne sommes transparents que chez les humains) grand, musclé… Enfin bref, j’entrai et il me demanda :
- Qu’y a-t-il ?
- Je voulais te demander quelque chose. Hier j’ai ouvert une fenêtre et en voulant traverser une humaine je me suis heurtée à elle. Elle s’est retournée et j’ai l’impression qu’elle m’a vue.
Anubis a froncé les sourcils, signe de son désarroi. Il secoua la tête comme pour reprendre ses esprits. - - Impossible, me répliqua-t-il, à présent inébranlabre.
- Alors comment expliques-tu qu’elle m’est interpellée ? Ils sont sensés ne pas nous voir, nous n’avons pas d’enveloppe charnelle ni de couleur en haut.
- Je ne l’explique pas, je pense que tu as encore rêvé, Nuit. Ce que tu racontes est invraisemblable.
- Non, je n’ai pas rêvé ! Pourquoi tu ne me crois pas ? C’était elle, la fille que je vois dans mes rêves, c’est une humaine ! Il faut que j’arrive à lui parler.
- Arrête de hurler, tu veux ? Je ne te crois parce que les humains ne peuvent pas nous voir. Alors arrête ton cirque, d’accord ? Et puis elle ne t’entendrait pas lui parler, alors…
- Alors quoi ? De toute façon Anubis, tu as peur, tu as toujours peur !
Le visage d’Anubis blanchit si rapidement que je sus que j’avais commis une erreur et que, tôt ou tard, je le regretterais. Mais je ne baissai pas les yeux, j’avais dit ce que je pensais, à lui de l’assumer. Personne ne le ferait pour lui et surtout pas moi. Au lieu de quoi, sa bouche s’ouvrit pour se refermer aussitôt, ses yeux écarquillés reprirent leur état normal et sa peau retrouva son teint bronzé. J’entendis alors sa sœur, Isis, l’interroger du haut de l’escalier.
- Avec qui parles-tu, Anubis ? S’il s’agit de Nuit, je souhaite, moi aussi, lui parler.
Je m’entendais bien avec sa sœur qui, pourtant, était une des filles populaires du lycée, une pimbêche. Anubis soupira et me fusilla des yeux. Sa sœur l’exaspérait avec ses bonnes notes, son comportement parfait, tout ce qui faisait l’admiration de ses amis, parents et professeurs. Lui s’efforçait de paraître transparent, malgré les professeurs qui le regardaient d’un air sévère et ses parents qui ne comprenaient pas la différence, pourtant visible, entre leurs deux enfants. C’est donc d’un pas résigné que je montais l’escalier de bois sculpté, souhaitant faire bonne figure devant la tête déconfite d’Anubis.
- Que se passe-t-il Isis ? soupirai-je.
Mon interlocutrice se tourna pour me faire face et, me regardant droit dans les yeux, se lança dans une longue tirade :
- Ne sachant pas ce qui passe entre mon frère et toi, je ne puis faire que des suppositions. Tu me fais l’impression d’être quelqu’un de bien, mais non seulement Anubis est... lugubre, dirais-je, mais mes parents et moi attendons qu’un meilleur parti se présente pour lui. Tu sais, je tiens à lui et je veux le meilleur pour lui – même s’il ne le mérite pas. Mais nous connaissons tes parents et leur situation – aisée certes – ainsi que ton éducation, tu a été très bien élevée, je ne dis pas le contraire, mais nous attendons autre chose . Ai-je été claire ?
Serrant dents et poings à m’en faire craquer les jointures, je répliquai sèchement :
- Parfaitement claire. Et voici ma réponse : il ne se passe rien entre Anubis et moi. Nous sommes juste amis – du moins le souhaitais-je avec ce qui venait de se produire – et nous le resterons. Isis, toi et tes parents êtes décidément… étranges. Nous ne vivons plus au 14ème siècle, tu sais, les choses ont changé.
- On croirait entendre une humaine.
Aussitôt ses joues rosirent, elle tenta de se rattraper maladroitement mais échoua lamentablement : - Je n’en ai jamais entendues mais… je les imagine et…
Le reste de sa phase resta en suspens, ce qui me laissait tout deviner et donc me ravissait.
- Ainsi, la parfaite Isis entend des humains… Mais on ne peut les entendre sans les voir, ce qui signifie que – roulement de tambour - tu ouvres des fenêtres ! m’écriai-je, ravie.
- Chut ! Anubis va t’entendre ! Et en admettant que ce soit vrai, qui te croira ? Personne, car je suis la perfection incarnée.
- Allez Isis ! Tu sais quoi ? Moi aussi je vais te confier un secret, seul Anubis est au courant. Moi aussi j’ouvre des fenêtres et j’observe les humains ! Peu de choses nous séparent d’eux, ils vivent au dessus et nous en dessous, c’est tout.
- Toi aussi ! Mais alors toi aussi, tu…
Et blablabla… Nous parlâmes ainsi pendant des heures, elle pensait les mêmes choses que moi, aimait les mêmes choses. Au bout d’un moment, Anubis monta nous indiquer l’heure Ses parents allaient bientôt rentrer et je m’enfuis sans demander mon reste. De retour chez moi, je m’affalai sur mon lit en pensant à ma semaine, ce que je faisais chaque happy-end. Tourmentée par ce qui s’était produit avec cette humaine, ma dispute avec Anubis, ma conversation avec Isis et ma décision de revoir « la fille », je finis par m’endormir. Je me réveillai quelques heures plus tard, au retour de mes parents. Je pris mon carnet à dessins, baptisé Book End ou la fin du livre, et contemplai les croquis et esquisses que j’avais réalisés. Passionnée par la mythologie, je ne dessinais que les dieux et mythes qui me plaisaient. L’histoire d’Atalante ou le mythe de Psyché par exemple. Toutefois, je ne pouvais m’empêcher de les critiquer les uns et les autres. Mes parents auraient pu porter les noms des parents de la déesse à laquelle je devais le mien – Chaos et Tartare sont les parents de Nyx, déesse de la nuit – mais il en était autrement. Ils s’appelaient donc Olivier et Patricia Wolf. Ils se seraient appelés Crépuscule que mon quotidien aurait été le même, les élèves m’auraient également affublée de quolibets, pas les mêmes certes mais...
Ma mère entra dans ma chambre avec un regard suspicieux, regarda ma chambre et poussa un soupir d’exaspération.
- Nuit, quand vas-tu ranger ce capharnaüm ?! Tu ne vas pas me dire que tu t’y retrouves, si ? Et fais ton lit, les vêtements sales c’est dans le linge sale, c’est pas compliqué !
Je devais admettre que ma chaise débordait de monceaux de vêtements, propres et sales mélangés, mes chaussures noires étaient par terre. Mais ma mère ne s’arrêta pas là.
- Et regarde tes cheveux Nuit, ce n’est plus possible ! Tu mets du parfum ma chérie ? Tu as aéré ta chambre, ça sent le fauve ! Dire que quand tu étais petite, tout était bien rangé...
- Oui et quand j’étais petite, j’étais mignonne, gentille alors que maintenant je suis horrible.
- Mais non, je n’ai jamais dit ça. C’est juste que… Le fait est que, bafouilla-t-elle.
- C’est bon, te fatigue pas, je vais ranger. Ne t’inquiète pas.
avatar
Mystic
Modérateur
Messages : 166
Date d'inscription : 06/03/2017
Age : 16
Localisation : Dans l'espace

Re: Écriture Cerise-Titania

le Mer 29 Mar - 13:39
Super j'aime beaucoup ! Hâte de découvrir la suite ! Vous écrivez bien j'espère que vous serez là dans la prochaine histoire de groupe !
avatar
Titania
Messages : 22
Date d'inscription : 13/03/2017

Re: Écriture Cerise-Titania

le Mer 29 Mar - 14:29
Merci ! Et on aimerait bien faire la prochaine hdg mais pour l'instant on adore regarder celle du moment !
avatar
Kogane
Admin
Messages : 225
Date d'inscription : 03/03/2017
Age : 16
Localisation : Space station ♥
http://section-fictions.forumactif.com

Re: Écriture Cerise-Titania

le Ven 31 Mar - 21:03
Yo! Je viens donner mon avis que j'espère constructif sur ce premier chapitre!

Alors déjà, j'aime beaucoup le contexte, tout ça, c'est une bonne idée d'histoire et j'ai hâte de voir on vous allez nous mener avec notre cher Nuit! Donc pour ça chapeau, c'est bien écrit et j'ai assez bien compris.

Donc certes, les points positifs ce n'est pas ce qu'il manque, mais j'ai pu remarquer deux-trois trucs pour vous améliorer! (Dites vous bien que c'est mon avis personnel hein)

Ouais, j'ai pu apercevoir deux trois fautes d'orthographe, rien de bien grave, j'en fais souvent aussi -_-' mais du coup si quelqu'un veut bien devenir votre correcteur, ça pourrait être cool, pour faire une deuxième relecture!

Ensuite, j'ai bien compris l'histoire etc, mais il est vrai que vous devriez aérer votre texte, en sautant des lignes par exemple, ou en revenant à la ligne quand vous changer de thème principal ou de sujet. Ca donnera quelque chose de beaucoup plus agréable à lire et moins "compact".

Sinon c'est super bien, continuez de vous améliorer parce que j'ai hâte de lire la suite!

__________________________________________________


"And Lance, leave the math to Pidge"
avatar
Titania
Messages : 22
Date d'inscription : 13/03/2017

Re: Écriture Cerise-Titania

le Ven 19 Mai - 10:55
Je commençais donc à m’activer en regardant du coin de l’œil ma mère qui inspectait le moindre de mes faits et gestes sous un regard attentif. Au bout d’un moment elle lâcha :

- Bon, j’ai un dîner à préparer. Je te fais confiance.

Lorsque j’entendis la porte claquer et ses pas dans l’escalier je me laissai tomber à terre, mes jambes en forme de M. Je retirais de mon jean noir une craie blanche et dessinai un triangle qui épousait la forme de mes jambes. Fermant les yeux, je me concentrai sur l’endroit où je voulais aller. Lorsque je rouvris les paupières, un cercle de 10 centimètres de diamètre, fait d’ondes multicolores vibrantes, avec, au centre, l’endroit que j’avais visualisé, était apparu. En me concentrant – encore ! – je l’agrandis jusqu’à ce qu’il fasse la taille d’une porte ronde –comme celle de Bilbo le Hobbit- et passais a travers.

J’apparus donc dans le lycée humain, avec un corps de… fantôme. Au lieu de jambes, j’avais maintenant une espèce de tourbillon qui me permettai de voler. Ma peau était diaphane, presque transparente mais les humains ne la verraient pas, même si elle était plus foncée que l’ébène. M’aventurant un peu, je découvris des couloirs vides. Fronçant les sourcils, je tâchais de me rappeler mes notes sur les humains. Je me souvins qu’eux aussi avaient une sorte de happy-end mais pour eux c’étaient le week-end. Jurant, je traversai portes et murs jusqu’à être dehors. C’était grand, je n’allais jamais la trouver. Alors que je désespérais, je sentis quelque chose. Une direction, un pressentiment. Je suivis mon instinct et arrivai ainsi devant la fenêtre du troisième étage d’un immeuble haussmannien. A l’interieur je voyais clairement une fille de mon âge – 16 ans - , aux long cheveux blonds dorés, au teint halé et aux yeux bleus. Collant mon oreille contre la vitre, je l’entendis, exaspérée, tenir tête au bonhomme qui se tenait devant elle. Pâle, les cheveux brun, les yeux noisettes et l’air chétif, il contrastait fortement avec elle.

- Non Hector ! Les loups-garous n’existent pas ! La semaine dernière c’était les vampires, puis les fantômes, les esprits – je tressaillie - . Tu es vraiment naïf.

- Mais… J’ai entendu un hurlement ce soir ! Un soir de pleine lune !

- Bon, écoute. Là, tu me dérange, d’accord ? Donc ça suffit, tu vas voir Aube et tu me laisses tranquille.

Malgré ses protestations, le dénommé Hector se vit refuser l’accès à la chambre de sa sœur –enfin je le présumais -. Utilisant son corps pour fermer la porte, l’humaine était face à la vitre, tête baissée, elle ne me voyait pas encore. Lorsque, enfin, elle se redressa, ses yeux rencontrèrent les miens.

- Toi ? Que fais-tu là ?

Chapitre 2 : Aurore

Je venais à peine de fermer ma porte à Hector, utilisant mon corps pour la bloquer, que je découvris cette fille en face de ma fenêtre. Nous habitons quand même au 3ème étage ! Quel que soit le stratagème utilisé, je savais que si je me mettais à croire au surnaturel, je finirais ma vie prématurément, enterrée dans un cercueil avec de l’ail et… Stop.
Contenu sponsorisé

Re: Écriture Cerise-Titania

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum